L’utilisation des Parts / lots

Nous avons déjà vu dans les divers travaux des pistes grecques et latines que le Lot (ou Partie) ou Fortune était considéré comme un point beaucoup plus important par les anciens astrologues qu’il ne l’est aujourd’hui. Et le Lot de l’Esprit, un point que nous utilisons à peine aujourd’hui, encore moins que nous comprenons avec quelque degré de profondeur que ce soit, n’était que légèrement moins important.

La vision moderne de ces lots ressemble davantage à celle de James Wilson dans son Dictionary of Astrology qui pourrait être considérée comme une vision extrême, mais pas totalement non représentative.

«PART OF FORTUNE, un point imaginaire dans les cieux, supposé comme modérateur contenir une puissance égale aux luminaires, mais qui n’est en réalité qu’un fantôme éclos dans le cerveau figuratif de Ptolémée, qui n’a aucune signification, sauf que l’influence peut survenir de rien. »

Cette citation contient deux déclarations qui doivent être considérées comme des idées fausses s’il y a quelque chose dans le matériel que Vettius Valens nous présente dans ce volume.

Tout d’abord, le Lot de Fortune et tous les autres lots ne sont bien sûr pas des corps planétaires. Mais alors non plus l’Ascendant, le Milieu du Ciel ou les nœuds de la Lune. Les lots sont dans la catégorie des points sensibles plutôt que des corps. L’idée d’un point sensible sans corps planétaires semble moins difficile à accepter aujourd’hui qu’à l’époque de Wilson en raison du travail considérable effectué sur les points médians et autres points sensibles par Witte, Ebertin et d’autres travailleurs dans la tradition de l’École de Hambourg (système uranien) et cosmobiologie. En fait, Witte aurait tiré ses méthodes de ce qu’il appelait les «parties arabes». Cependant, à l’époque de Wilson, l’astrologie était affligée par une grande partie des même matérialisme insensé qui a dominé le reste de la culture. Même il aurait dû voir la relation avec des points tels que l’Ascendant, etc. Et bien sûr, c’est à ces points que les Lots devraient être comparés, pas les Luminaires.

– Deuxièmement, le Lot de Fortune, pour ne rien dire des autres lots, n’était pas une invention de Ptolémée. Nous avons ici l’une des manifestations les plus sérieuses de ce que l’on pourrait appeler le fondamentalisme ptolémaïque, à savoir, l’idée que si ce n’est pas à Ptolémée, ce n’est pas une astrologie correcte! Ptolémée était de tous les astrologues de la Grèce antique celui qui mettait le moins l’accent sur le Lot, ne mentionnant que le Lot de Fortune. Même lui, cependant, considérait que c’était à égalité avec les lumières (Luminaires ?) et les principaux angles de la carte. Sous son influence, le Lot de Fortune est devenu l’un de ce que les astrologues de la Renaissance appelaient les cinq hylegs, points qui étaient impliqués dans la détermination du hyleg ou donneur de vie, et des points dont les directions primaires étaient considérées comme particulièrement vitales pour la prédiction. Cependant, Ptolémée ou quelqu’un qui a édité son texte, semble avoir gravement nui à l’efficacité du Lot de Fortune en préconisant son calcul en utilisant la même formule de jour comme de nuit. Tous nos autres écrivains anciens et la plupart des écrivains médiévaux ont inversé les positions du Soleil et de la Lune dans la formule la nuit.

Les lots n’étaient pas non plus l’invention des Arabes. Quiconque a lu l’un des ouvrages de la piste Project Hindsight Greek ou le Liber Hermetis de la piste latine, doit être conscient que l’utilisation des lots est parmi les plus anciennes des techniques astrologiques en Occident. Les Arabes ont considérablement augmenté leur nombre, mais ils n’ont pas créé la technique.

Il semble également sur la base de ce que nous apprend Vettius Valens que les Arabes n’ont pas utilisé les lots de la même manière que les Grecs. Je soupçonne, bien qu’il reste encore beaucoup à faire à ce sujet, que les Arabes aient peut-être obscurci l’utilité des lots par le changement qu’ils ont pu opérer dans la méthodologie de leur utilisation. Je reviendrai sur ce sujet ci-dessous.

Pour les anciens, le Lot de Fortune et les autres lots n’étaient pas seulement des points sensibles. C’étaient des horoskopoi, c’est-à-dire des points dont la fonction était de marquer une maison ou un Z0idion comme première maison à partir de laquelle compter toutes les autres maisons. Bien sûr, pour une planète existante, toutes les planètes et tous les points peuvent être et ont été utilisés comme tels, mais les lots étaient particulièrement importants. Un Z0idion peut acquérir une signification en tant que topos ou «lieu» par l’un de deux moyens. Il pourrait tirer sa signification de maison de sa relation avec le Zoïdion de l’Ascendant, le Horoskopos primaire, ou il pourrait dériver sa signification de maison des lots qui lui appartenaient. Valens déclare ce qui suit:

«Car certains ont mystiquement établi le général Horoskopos et ses carrés pour être les points de pivot cosmique, mais les lots et « ity » carrés c les points de pivot génomme étant les points pivots géthliaques logiques. ( traduction à revoir )

L’Ascendant établit les maisons générales, mais le Lot de Fortune (et tous les autres lots) établissent des relations de maison particulières qui sont uniques à la carte individuelle.

L’utilisation ultérieure des lots, apparemment commencée par les astrologues de l’ère arabe, les a transformés en points sensibles avec lesquels nous sommes familiers, des points qui pourraient être observés et pourraient occuper des maisons.Cependant, dans le Liber Hermetis et Valens, nous voyons que les lots ont établi des zoidia en tant que premières maisons de systèmes domestiques liés à des problèmes particuliers. Les relations entre ces «maisons de lot» et l’Ascendant. les maisons basées ont créé un réseau complexe de relations qui pourraient être utiles pour révéler des problèmes importants dans un thème, le tout avec une incroyable simplicité.

Dans d’autres ouvrages, comme Paulus, nous avons vu que le Lot de Fortune se rapporte à la prospérité matérielle, la fortune d’une personne au sens littéral. Mais à Valens, nous avons les maisons ou les lieux du Lot de Fortune utilisés comme principal indicateur de sa richesse et de ses organes corporels. Nous avons également vu que le Lot d’Esprit se rapporte à des préoccupations mentales et spirituelles. A Valens, les maisons du Lot de l’Esprit ne concernent pas seulement les préoccupations spirituelles et mentales, mais aussi les maladies du corps et de l’esprit. Et les deux systèmes de lots trouvent une grande variété d’utilisations dans le diagnostic de nombreuses qualités et modes de vie dans le tableau. Tous ces éléments sont illustrés par la première partie de la plus grande collection de cartes de naissance de toute source ancienne. C’est à travers ces exemples de tableaux que nous commençons à voir la puissance et la flexibilité de la méthode. Le lecteur pourrait être intéressé de savoir que les premières expériences sur les méthodes de Valens avec les lots indiquent que c’est une méthode qui mérite d’être poursuivie. Et je recommande vivement au lecteur d’utiliser ces méthodes avec le système de signes entiers plutôt qu’avec des maisons égales ou un autre système moderne. C’est étonnamment efficace. C’est une indication que notre relation moderne avec une précision astronomique et une géométrie correcte pourrait. . . pourrait bien. . . Manquer le propos…

Robert Schmidt Vettius Valens trad The Anthology BookII Part I
TRAD FR

____________________

The Use of the Lots – US trad

We have already seen in the various works of both the Greek and Latin tracks that the Lot (or Part) or Fortune was considered a much more important point by the ancient astrologers than it is today. And the Lot of Spirit, a point we hardly even use today, much less understand with any degree of depth, was only slightly less important.

The modern view of these lots is more like that of James Wilson in his Dictionary of Astrology which might be regarded as an extreme view, but not one that is wholly unrepresentative.

“PART OF FORTUNE, an imaginary point in the heavens, supposed as a moderator to contain equal power with the luminaries, but which is really nothing but a phantom hatched in the figurative brain of Ptolemy, which has no significance whatever, except influence can arise out nothing.”

This quotation contains two statements that must be regarded as misconceptions if there is anything to the material that Vettius Valens presents us with in this volume.

First of all, the Lot of Fortune and all of the other lots are of course not planetary bodies. But then neither are the Ascendant, -Midheaven, or the nodes of the Moon. The Lots are in the category of sensitive points rather than bodies. The idea of a sensitive point without a planetary body seems less hard to accept today than in Wilson’s time because of the extensive work done with midpoints and other sensitive points by Witte, Ebertin, and other workers in the tradition of the

. Hamburg School (Uranian System) and Cosmobiology. In fact Witte is reported to have derived his methods from what he knew as the “Arabic Parts.” However in Wilson’s time astrology was afflicted by much of the

same mindless materialism that dominated the rest of the culture. Bul even he should have seen the relationship to such points as the Ascendant, etc. And of course it to these points that the Lots should bé compared, not the luminaries.

– Second, the Lot of Fortune, to say nothing of the other lots, was not an invention of Ptolemy’s. Here we have one of the more serious manifestations of what might be called Ptolemaic fundamentalism, to wit, the idea that if it is not in Ptolemy, it is not correct astrology! Ptolemy was of all of the ancient Greek era astrologers the one who emphasized the Lots the least, mentioning only the Lot of Fortune. Even he, however, considered it to be on a par with the lights, and the major angles of the chart. Under his influence the Lot of Fortune became one of what the Renaissance astrologers called the five hylegs, points which were in involved in determining the hyleg or giver of life, and points whose primary directions were considered to be especially vital to prediction. However, Ptolemy or someone who edited his text, seems to have seriously damaged the efficacy of the Lot of Fortune by advocating its computation using the same formula both day and night. All of our other ancient writers and most of the Medieval ones as well, reversed the positions of the Sun and Moon in the formula at night.

Nor were the lots the invention of the Arabs. Anyone who has read any of the works in the Project Hindsight Greek track or the Liber Hermetis in the Latin track, must be aware that the use of the lots are among the oldest of astrological techniques in the West. The Arabs did add extensively to their numbers, but they did not create the technique.

It also seems on the basis of what we are learning from Vettius Valens that the Arabs did not use the lots in the same way as the Greeks. I suspect, although much more work needs to be done on this matter, that the Arabs may have obscured the usefulness of the lots by the change they may have made in the methodology of their use. I will return to this subject below.

For the ancients the Lot of Fortune and the other lots as well were not merely sensitive points. They were horoskopoi, that is, points whose function was to mark a house or z0idion as a first house from which to count all other houses. Of course to an extant all planets and points can be and have been used as such, but the lots were especially important. A z0idion could acquire significance as a topos or ‘place’ by one of two means. It could derive its house-signification from its relationship to the zoidion of the Ascendant, the primary Horoskopos, or it could derive its house-signification from the lots that fell within it. Valens states the following:

“For some have mystically established the general Héroskopos and

its squares to be the cosmic pivot points, but the Lot and ity squares to be the genethlialogical pivot points.”’

The Ascendant establishes the general houses, but the Lot of Fortune (and all other lots) establish particular house relationships that are unique to the individual chart.

The later usage of the lots as apparently begun by Arab era astrologers changed them into the sensitive points with which we are familiar, points which could be aspected and could occupy houses, However, in both the Liber Hermetis and Valens we see that lots established zdidia as first houses of house systems relating to particula issues. The relationships between these “lot houses” and the Ascendant. based houses created a complex web of relationships that could be useq to reveal important issues within a chart, all with an_ incredible simplicity.

In other works, such as Paulus, we have seen that the Lot of Fortune relates to material prosperity, one’s fortune in a literal sense. But in Valens we have the houses or places of the Lot of Fortune used as the primary indicator of one’s wealth, and one’s bodily organs. We have also seen that the Lot of Spirit relates to mental and spiritual concerns. In Valens the houses of the Lot of Spirit relate not only to spiritual and mental concerns, but also to illnesses, both of the body and the mind. And both lot systems find a wide variety of uses in diagnosing many qualities and life patterns in the chart. All of these are illustrated by the first part of the largest collection of birthcharts from any ancient source. Jt is through these sample charts that we begin to see the power and flexibility of the method. The reader might be interested to know that early experiments into Valens’ methods with the lots indicate that it is a method well worth pursuing. And J eamestly recommend that the reader use these methods with the whole-sign system rather than equal houses or some other modern system. It is surprisingly effective. It is an indication that our modern concern with astronomical precision and correct geometry might be. . . just might be. . . Missing the point.

Robert Schmidt Vettius Valens trad The Anthology BookII Part I