MOMENTANEUM

 

NEF MERCURE MOMENTANEUM

GLOSSAIRE

désordonné
des courants philosophiques mystiques & religieux


Les définitions succinctes restent subjectives & incitent à une recherche personnelle approfondie

 

 

 

- Théisme
Le théisme (du grec theos, dieu) est une conception qui affirme l'existence d'un Dieu à la fois personnel, unique et cause du monde. Le théisme n'est pas nécessairement religieux, il peut aussi être philosophique. Dans le premier cas, la relation de l'homme avec Dieu passe par des intermédiaires (la religion). Selon le théisme philosophique, Dieu régit l'univers directement. wiki

- Déisme
Le déisme est une croyance ou une doctrine1 qui défend l'affirmation rationnelle de l'existence de Dieu, proposant une forme religieuse conforme à la raison, exclusive aux religions révélées. Le déisme propose d'arriver à Dieu — un Dieu du raisonnement plutôt qu'un Dieu de foi ou de culte — par des voies exclusivement humaines, sans pour autant pouvoir en déterminer les attributs. Wiki

- Panthéisme
Le panthéisme est une doctrine philosophique selon laquelle « Dieu est tout ». Elle se distingue du monothéisme en considérant que Dieu n'est pas un être personnel distinct du monde, mais qu'il est l'intégralité du monde ; cette conception est appelée l'immanence par opposition au principe de transcendance du Dieu créateur monothéiste. Wiki

- Épicurisme
L'épicurisme est un courant de la philosophie occidentale ayant pour objectif principal l'atteinte du bonheur par la satisfaction des seuls désirs « naturels et nécessaires ». C'est une doctrine matérialiste et atomiste qui peut être soit qualifiée d'hédonisme raisonné, soit d'eudémonisme. https://www.philomag.com/lexique/epicurisme. Épicure, Lucrèce,  Philodème de Gadara. Wiki

- Stoïcisme
Ecole de philosophie hellénistique fondée par Zénon de Kition au début du iiie siècle av. J.-C. à Athènes. Le stoïcisme est une philosophie de l'éthique personnelle influencée par son système logique et ses vues sur le monde naturel. Selon ses enseignements, en tant qu'êtres sociaux, la voie de l’eudaimonia (« ἡ εὐδαιμονία », le bonheur, la prospérité) pour les êtres humains consiste à accepter le moment tel qu'il se présente, à ne pas se laisser contrôler par le désir du plaisir ni la peur de la douleur, à utiliser son esprit pour comprendre le monde et à faire sa part dans le plan de la nature, à œuvrer avec les autres et à les traiter de manière juste et équitable. Wiki

- Néo-stoïcisme
(ou néostoïcisme) est un mouvement philosophique, fondé par Justus Lipsius, qui reprend les éléments de la philosophie stoïcienne et les éléments du christianisme. Lipsius a publié deux ouvrages importants : De Constantia (1583) et Politica (1589).  Ce mouvement ne doit pas être confondu avec le stoïcisme moderne, un mouvement similaire du début du xxie siècle. Guillaume Du Vair, Pierre Charron, Francisco de Quevedo, Michel de Montaigne

- Hédonisme
(du grec ancien : ἡδονή / hēdonḗ, « plaisir » et du suffixe -ισμός / -ismós) est une doctrine philosophique attribuée à Aristippe de Cyrène selon laquelle la recherche de plaisirs et l'évitement de souffrances constituent le but de l'existence humaine1. L'hédonisme se différencie de l'eudémonisme, théorisé notamment par les Épicuriens et les Stoïciens, qui considèrent cette fois-ci la recherche de bonheurs, plutôt que de plaisirs, comme but de la vie humaine. Toutefois, bien que les Épicuriens le considèrent également, ils perçoivent les plaisirs, lorsqu'ils sont naturels et nécessaires, comme un intermédiaire permettant de l'atteindre. La doctrine épicurienne peut donc être perçue soit comme un eudémonisme, soit comme une forme d'« hédonisme raisonné »

- Eudémonisme
(du grec : εὐδαιμονία / eudaimonía, « béatitude ») est une doctrine philosophique posant comme principe que le bonheur est le but de la vie humaine. Le bonheur n'est pas perçu comme opposé à la raison, il en est la finalité naturelle. Ce lien entre raison et bonheur est particulièrement mis en avant par le stoïcisme mais se retrouve également dans d'autres courants philosophiques issus de l'époque hellénistique. Il se différencie de l'hédonisme, doctrine qui fixe le plaisir et non le bonheur comme but de la vie humaine.

- Monisme
est la position philosophique qui affirme l'unité indivisible de l'être. Dans son expression moderne, il soutient l'unicité de la substance qui compose l'univers. L'unité fondamentale du cosmos ou de l'univers y rend la matière et l'esprit indissociables. Le monisme s'oppose donc aux conceptions dualistes, qui distinguent monde matériel ou physique et monde psychique ou spirituel, et il s'oppose aussi aux conceptions philosophiques pluralistes pour lesquelles chaque être possède une nature particulière1.

- Dualisme
En philosophie, le dualisme est la thèse ou la doctrine métaphysique qui établit l'existence de deux principes irréductibles et indépendants, au contraire du monisme, qui n'en pose qu'un seul. D'après les conceptions dualistes du monde, il existe deux réalités de nature indépendante régies par des principes différents ou antagonistes.

 

- Scepticisme
(du grec σκεπτικός, skeptikos, « qui examine »), aussi appelé pyrrhonisme, est une philosophie et une méthode grecque antique qui compare et oppose toutes choses afin d'atteindre la tranquillité (ἀταραξία, ataraxie) de l'âme (ψυχή, psyché). Par exemple le sceptique pyrrhonien dit que rien n'est vrai ni faux, ni vrai et faux à la fois, et pas même cette dernière phrase car elle s'oppose à elle-même.

- Platonisme
ou réalisme des idées est une théorie philosophique inspirée plus ou moins directement de la théorie des formes de Platon, théorie selon laquelle il existe des entités intelligibles en soi, dont le contenu est indépendant de la contingence de l'expérience sensible. Ces entités, suivant la version du platonisme dont on parle, peuvent être les concepts (les Idées en général, comme chez Plotin ou Augustin), les nombres (platonisme mathématique d'inspiration pythagoricienne, comme chez Jamblique ou Lautman), ou encore les valeurs logiques (logicisme de Frege par exemple). Cette théorie est une des réponses possibles, avec le nominalisme (Guillaume d'Ockham) et le conceptualisme (Pierre Abélard), à la question du statut ontologique des concepts cognitifs (idées, nombres ou contenus propositionnels).

 

- Néo Platonisme

Le néoplatonisme est une doctrine philosophique, élaborée par des platoniciens de l'Antiquité tardive à la suite du médio-platonismePhilon d'Alexandrie est le précurseur de ce mouvement vers 40, puis il se développe à Rome à partir de 232 par Ammonios Saccas, maître de Plotin, et les élèves de ce dernier, Porphyre et Jamblique. Le néoplatonisme est une école très influente dans l'Antiquité, avec de grands continuateurs comme Proclus, jusqu'à l'exil de ses derniers représentants comme Damascios et Simplicios de Cilicie en 529, à la suite de la fermeture des écoles et lieux de culte païens par l'empereur Justinien. Wiki

 
- Ecole péripatéticienne ( Aristote )

ou école péripatétique1, est l'école philosophique fondée par Aristote en -335 au Lycée d'Athènes4.  Elle tire son nom du grec ancien peripatetikósεριπατητικός, « qui aime se promener »5), Aristote enseignant au Lycée d'Athènes en marchant avec ses élèves. Le « péripatétisme » désigne l'ensemble du courant philosophique qui succéda au maître

 

- Aristotélisme

Doctrine dérivée des œuvres d'Aristote, chez le philosophe persan Avicenne et le philosophe andalou Averroès notamment, puis progressivement adoptée aux xiie et xiiie sièclespar la scolastique, grâce à la réconciliation de la philosophie d'Aristote et du christianisme par saint Thomas d'Aquin.

Le terme « aristotélicien » peut être employé dans le sens de « commentateur des œuvres d'Aristote » (qu'il soit aristotélicien comme Alexandre d'Aphrodise ou Averroès, ou néoplatonicien comme Ammonios, fils d'Hermias, ou Simplicios de Cilicie). Le mot « aristotélisme » renvoie à Aristote, tandis que le mot « péripatétisme » renvoie, plus largement, à l'école péripatéticienne, qui relève d'Aristote comme de ses disciples.


- Cyrénaïsme
Ecole de philosophie grecque du ive siècle av. J.-C., fondée par Aristippe de Cyrène, un des « Socratiques », c'est-à-dire un des disciples de Socrate. L'école est surtout associée à l'hédonisme en éthique. L'école demeura surtout dans la cité de Cyrène, en Libye, ce qui explique qu'on les appelle Cyrénaïques (ou Cyrénéens).

 

- Sophisme

Dans la Grèce antique, les orateurs qualifiés de sophistes (grec ancien: σοφιστήςsophistes) dont le nom est à l'origine du terme sophisme, enseignaient l'éloquence et l'art de la persuasion par le verbe1. Et c'est pour démasquer leur rhétorique parfois fallacieuse que les philosophes ont couché par écrit les bases de la logique. Depuis les Réfutations sophistiques d'Aristote, de nombreux philosophes ont ainsi cherché à établir une classification générale des modalités du discours argumentatif et des sophismes pour, le plus souvent, s'en prémunir (Bacon, Mill, Bentham). Arthur Schopenhauer dans La Dialectique éristique (1830), montre l'efficacité dialectique du sophisme, par sa capacité à orienter la discussion, le discours, l'échange, autour de raisonnements employés à des fins de conversion de l'autre à une opinion plus qu'à des fins de manifestation de la vérité. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Sophisme&oldid=186110129

- Orphisme
courant religieux de la Grèce antique connu par un ensemble de textes et d'hymnes, ainsi que par quelques attestations archéologiques : outre Les Lamelles d'or1, on en connaît certaines représentations ou descriptions au travers de gravures, tablettes ou autres vestiges retrouvés dans des tombes. Le mythe d'Orphée, d'origine pelasge-thrace, dont l'épisode le plus célèbre est la descente aux Enfers du héros à la recherche de son épouse Eurydice, donna naissance à une théologie initiatique. La doctrine orphique est une doctrine de salut marquée par une souillure originelle ; l'âme est condamnée à un cycle de réincarnations dont seule l'initiation pourra la faire sortir, pour la conduire vers une survie bienheureuse où l'humain rejoint le divin. On entrevoit cette eschatologie à travers une littérature poétique apocryphe hellénistique, voire néoplatonicienne, conservée sous le nom d'Orphée. Wiki

 

- Manichéisme

religion fondée par le perse Mani au iiie siècle. C'est un syncrétisme du judaïsme, du bouddhisme, du brahmanisme et du christianisme, mais pas du zoroastrisme qui était la religion de l'empire perse1. Par déformation et simplification du terme, on qualifie aujourd'hui de manichéenne une pensée ou une action sans nuances, voire simpliste, où le Bien et le Mal sont clairement définis et séparés. https://fr.wikipedia.org/wiki/Manich%C3%A9isme_(religion))

 

- Zoroastrisme

Religion qui tire son nom de son prophète et fondateur nommé Zoroastre ou Zarathoustra1, né au nord-est de l'Iran au cours du IIe millénaire av. J.-C.2 ou de la première moitié du Ier millénaire av. J.-C.. Le nom persan de Zarathoustra a été transcrit en Zoroastre par les Grecs (ΖωροάστρηςZôroástrês). Ses disciples s'appellent des zoroastriens ou, en français du xviiie siècle, des guèbres. Le zoroastrisme est aussi couramment dénommé mazdéisme, du nom de sa divinité principale, Ahura Mazda. Wiki

 

- Mazdéisme

Religion de la Perse antique qui doit son nom à son dieu principal, Ahura Mazda. Le livre sacré du mazdéisme est l'Avesta. Le mazdéisme a été la religion officielle des empires perses mède, achéménide, parthe et sassanide. Il s'articule autour de l'opposition entre Ahoura Mazdâ, « Le seigneur Sage », et les démons, dont Angra Manyou, « L'Inspirateur Maléfique », est le chef. C'est cette opposition dualiste qui fonde la cosmologie, l'activité rituelle et la fonction royale1. Wiki

Le zoroastrisme, du nom de Zoroastre/Zarathoustra, est, selon les auteurs, un autre nom pour mazdéisme2, ou bien une réforme du mazdéisme. Le zoroastrisme est la forme monothéiste sous laquelle s'est répandue cette religion, qui possède encore des fidèles.

 

- Hermétisme

Se présente comme une révélation d'Hermès Trismégiste (grec ancien : ἙρμῆςΤρισμέγιστος). Hérodote (vers 420 av. J.-C.)4 et la célèbre « pierre de Rosette » (-196) signalent déjà l'identification entre le dieu égyptien Thot et le dieu grec Hermès5. Thot, le dieu Ibis, est identifié à Hermès6 car ils ont plusieurs points communs : ils conduisent les morts, ils ont inventé l'écriture, et diverses techniques, ils sont les scribes des dieux. Selon Cicéron, il y eut cinq Hermès, dont le dernier est appelé Thot en Égypte7. La première mention du nom « Trismégiste » figure chez Philon de Byblos et Athénagoras, au iie siècle8.
L'hermétisme gréco-égyptien a reçu des appellations diverses : « hermétisme alexandrin », « hermétisme égyptianisant », « hermétisme hellénistique », « hermétisme gréco-hellénique », « hermétisme antique ». L'ensemble des textes reçoit le nom d’Hermetica, il comprend deux grands ensembles, bien distingués par André-Jean Festugière. Tous se donnent pour des révélations d'Hermès Trismégiste. Wiki

 

- Sol Invictus 

(latin pour « Soleil invaincu ») est une divinité solaire apparue dans l'Empire romain au iiie siècle. Elle reprend des aspects de la mythologie d'Apollon et du culte de Mithra, connaissant une grande popularité dans l'armée romaine.

L'empereur Aurélien (270-275) lui assure une place officielle à Rome en proclamant que le Soleil invaincu est le patron principal de l’Empire romain eten faisant du 25 décembre (le solstice d'hiver tombait alors le 25 décembre, l'équinoxe de printemps ayant été fixé au 25 mars avant lamodification du concile de Nicée) une fête officielle appelée le « jour de naissance du Soleil » (dulatin dies natalis solis invicti). Cette fête vient alors se placer dans le prolongement des Saturnales, une période de fête ancienne et la plus importante de Rome. Un temple est dédié au Soleil au Champ de Mars, et orné du butin rapporté de Palmyre ; ce temple est servi par un nouveau collège de prêtres, les pontifices Solis. Wiki

 

___________________________________________________________
- gnosticisme
Mouvement de pensée centré autour de la notion de « connaissance », regroupant des doctrines variées et multiformes qui se développent au cours des iie et iiie siècles dans les limites de l'Empire romain. Ces doctrines se caractérisent généralement par l'affirmation que les êtres humains sont des âmes divines emprisonnées dans un monde matériel créé par une des faces de Dieu, le Démiurge ou Yahvé à l'opposé duquel existe une autre face de dieu, transcendante et parfaite, plus éloignée, un Dieu supérieur lié à l'homme par la connaissance qu'il lui a donnée. Longtemps, le gnosticisme antique n'a été connu qu'à travers les écrits de ses détracteurs, certains Pères de l'Église au nombre desquels Irénée de Lyon et sa Dénonciation et réfutation de la gnose au nom menteur, un écrit de la deuxième moitié du iie siècle. On doit mentionner aussi Hippolyte de Rome, auteur de Réfutation de toutes les hérésies. La découverte en 1945 de la bibliothèque de Nag Hammadi, dont une première traduction complète a été finalisée en 1977, a permis de renouveler la recherche sur le sujet. Le mouvement, dont les origines ne sont pas claires, connait son apogée au cours du iie siècle.  Les sectes gnostiques ont progressivement disparu à partir du ive siècle, mais il est possible qu'elles aient influencé d'autres mouvements comme le manichéisme, le marcionisme ou encore le bogomilisme. wiki

 

- Valentin 

Valentin (Valentinius) fut le plus important des maîtres gnostiques. Il naquit en Égypte et fut éduqué à Alexandrie. Il enseigna à Rome entre 135 et 160, puis s'exila à Chypre où, d'après saint Épiphane, il serait revenu à la foi catholique avant de mourir.

Selon Tertullien, il fut candidat pour être évêque de Rome en 143. Ses conceptions ésotériques le firent excommunier. L’Évangile de vérité, ainsi que d’autres textes découverts à Nag Hammadi, se rattachent à l’école valentinienne. Wiki

 


___________________________________________________________

 

 

 

- Scolastique
(du latin scholaae, « école », issu lui-même du grec σχολή, skolê, qui signifie « arrêt de travail », ou bien « loisir consacré à l'étude ») est la philosophie développée et enseignée au Moyen Âge dans les universités : elle vise à concilier l'apport de la philosophie grecque (particulièrement l'enseignement d'Aristote et des péripatéticiens) avec la théologie chrétienne héritée des Pères de l'Église et d'Anselme. De ce fait, on peut dire qu'elle est un courant de la philosophie médiévale
. http://fr.wikipedia.org/wiki/Scolastique

 

 

- Thomisme
Ecole de pensée philosophico-théologique inspirée des écrits de saint Thomas d'Aquin consistant principalement en un réalisme philosophique. Le thomisme a pris de nombreuses formes selon les périodes et les circonstances, s'éloignant plus ou moins des véritables thèses du docteur de l'Église selon les types de formes, certaines consistant en une interprétation extrêmement libre, d'autres se contentant d'une conservation rigide à la lettre de la Somme théologique. La plupart des philosophes de l'époque moderne, tels que René Descartes, John Locke, Gottfried Wilhelm Leibniz et après comme Emmanuel Kant, dialoguent directement ou indirectement avec les formes de thomisme de leur temps. Wiki

 

-Eschatologie

(du grec ἔσχατος / eschatos, « dernier », et λόγος / lógos, « parole », « étude ») est le discours sur la fin du monde ou la fin des temps. Elle relève de la théologie et de la philosophie en lien avec les derniers temps, les derniers événements de l’histoire du monde ou l’ultime destinée du genre humain, couramment appelée la « fin du monde ». Dans de nombreuses religions, celle-ci est un événement futur prophétisé dans les textes sacrés ou le folklore. Plus largement, l’eschatologie peut embrasser des concepts qui sont liés, tels que celui de Messie ou des temps messianiques, l’après-vie et l’âme. http://fr.wikipedia.org/wiki/Eschatologie

 

 

___________________________________________________________

 

 

- Frères et Sœurs du Libre Esprit

Sous le nom de Libre-Esprit, l'Inquisition désigna un courant de pensée qui depuis le xiie siècle (et peut-être encore plus tôt) se répand à travers l'Europe. « Libre-esprit » est une expression qui se réfère à la notion d'un esprit libéré du superflu au point de laisser la place tout entière à Dieu. Les adeptes furent souvent affublés du sobriquet de « turlupins »1. Les partisans du Libre-Esprit sont parfois nommés amauriciens ou béguards et béguines. Wiki

 

- vaudois du Luberon 

sont des personnes de la région du Luberon (Sud de la France, principalement en Vaucluse) qui appartiennent à l'Église évangélique vaudoise, c'est-à-dire qui suivirent les doctrines de Vaudès (ou Pierre Valdo), créateur en 1170 d'un mouvement religieux appelé Les Pauvres de Lyon.

L'histoire des vaudois du Luberon illustre les tensions religieuses qui secouent le monde chrétien au Moyen Âge et à la Renaissance, en particulier lors du massacre de Mérindol du printemps 1545, qui coûta la vie à 3 000 personnes en cinq jours, et dévasta 24 villages, tandis que 670 personnes étaient envoyées aux galères de Marseille1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaudois_du_Luberon


-
bogomilisme

était un mouvement chrétien hétérodoxe né au xe siècle, aujourd'hui disparu dont le nom vient du prêtre bulgare Bogomil. Il s'est développé en Bulgarie, puis en Serbie et ensuite en Bosnie, influençant une grande partie des Balkans. Les empereurs byzantins eurent une attitude ambiguë à son égard, parfois le réprimant, parfois l'utilisant à leur profit. Inspiré par les gnostiques chrétiens et le manichéisme, il fut considéré comme une hérésie par l'Église catholique et par l'Église orthodoxe qui l'ont violemment combattu. Le bogomilisme a par ailleurs longtemps été considéré, si ce n'est comme en étant à l'origine, du moins comme ayant contribué à l'apparition du catharisme. Toutefois, les recherches les plus récentes ont radicalement remis en cause l'origine supposément orientale de la dissidence religieuse qui se manifeste dans le sud-ouest de la France à la fin du xiie siècle, un consensus se dégageant désormais pour la considérer comme un mouvement occidental https://fr.wikipedia.org/wiki/Bogomilisme

 


-
Catharisme (du grec καθαρόςkatharós, « pur ») est l'appellation contemporaine d'un mouvement — ou d'un ensemble de mouvements — religieux chrétien médiéval européen en dissidence vis-à-vis de l'Église romaine, trouvant un écho particulier dans le Midi de la France. Dans l’historiographie renouvelée du xxie siècle, la nature du mouvement — qui ne s'est jamais désigné lui-même sous le nom de cathare —, ses origines, ses doctrines, ses rites, ses croyances et son existence même sont l'objet de débats, même si la recherche s'accorde pour reconnaître la réalité d'une lutte de l'orthodoxie romaine contre des hérétiques ayant débouché, au début du xiiie siècle, sur une « croisade contre les albigeois »1. Le terme « cathare » lui-même, repris des écrits d'Augustin d'Hippone par le moine Eckbert von Schönau au xiie siècle pour désigner les « hérétiques », a été popularisé en français par l'occitanisme des années 1960 au détriment des expressions « hérésie albigeoise », « albigéisme » et « albigeois » qui étaient préférentiellement utilisées jusque-là. https://fr.wikipedia.org/wiki/Catharisme

 

 

 

 

 





 




Wikipédia Licence CC BY-SA 3.0


NEF MERCURE MOMENTANEUM