Valens The Use of the Lots

L’utilisation des Parts / lots / FR Trad

Nous avons déjà vu dans les divers travaux des pistes grecques et latines que le Lot (ou Partie) ou Fortune était considéré comme un point beaucoup plus important par les anciens astrologues qu’il ne l’est aujourd’hui. Et le Lot de l’Esprit, un point que nous utilisons à peine aujourd’hui, encore moins que nous comprenons avec quelque degré de profondeur que ce soit, n’était que légèrement moins important.

La vision moderne de ces lots ressemble davantage à celle de James Wilson dans son Dictionary of Astrology qui pourrait être considérée comme une vision extrême, mais pas totalement non représentative.

«PART OF FORTUNE, un point imaginaire dans les cieux, supposé comme modérateur contenir une puissance égale aux luminaires, mais qui n’est en réalité qu’un fantôme éclos dans le cerveau figuratif de Ptolémée, qui n’a aucune signification, sauf que l’influence peut survenir de rien. »

Cette citation contient deux déclarations qui doivent être considérées comme des idées fausses s’il y a quelque chose dans le matériel que Vettius Valens nous présente dans ce volume.

Tout d’abord, le Lot de Fortune et tous les autres lots ne sont bien sûr pas des corps planétaires. Mais alors non plus l’Ascendant, le Milieu du Ciel ou les nœuds de la Lune. Les lots sont dans la catégorie des points sensibles plutôt que des corps. L’idée d’un point sensible sans corps planétaires semble moins difficile à accepter aujourd’hui qu’à l’époque de Wilson en raison du travail considérable effectué sur les points médians et autres points sensibles par Witte, Ebertin et d’autres travailleurs dans la tradition de l’École de Hambourg (système uranien) et cosmobiologie. En fait, Witte aurait tiré ses méthodes de ce qu’il appelait les «parties arabes». Cependant, à l’époque de Wilson, l’astrologie était affligée par une grande partie des même matérialisme insensé qui a dominé le reste de la culture. Même il aurait dû voir la relation avec des points tels que l’Ascendant, etc. Et bien sûr, c’est à ces points que les Lots devraient être comparés, pas les Luminaires.

– Deuxièmement, le Lot de Fortune, pour ne rien dire des autres lots, n’était pas une invention de Ptolémée. Nous avons ici l’une des manifestations les plus sérieuses de ce que l’on pourrait appeler le fondamentalisme ptolémaïque, à savoir, l’idée que si ce n’est pas à Ptolémée, ce n’est pas une astrologie correcte! Ptolémée était de tous les astrologues de la Grèce antique celui qui mettait le moins l’accent sur le Lot, ne mentionnant que le Lot de Fortune. Même lui, cependant, considérait que c’était à égalité avec les lumières (Luminaires ?) et les principaux angles de la carte. Sous son influence, le Lot de Fortune est devenu l’un de ce que les astrologues de la Renaissance appelaient les cinq hylegs, points qui étaient impliqués dans la détermination du hyleg ou donneur de vie, et des points dont les directions primaires étaient considérées comme particulièrement vitales pour la prédiction. Cependant, Ptolémée ou quelqu’un qui a édité son texte, semble avoir gravement nui à l’efficacité du Lot de Fortune en préconisant son calcul en utilisant la même formule de jour comme de nuit. Tous nos autres écrivains anciens et la plupart des écrivains médiévaux ont inversé les positions du Soleil et de la Lune dans la formule la nuit.

Les lots n’étaient pas non plus l’invention des Arabes. Quiconque a lu l’un des ouvrages de la piste Project Hindsight Greek ou le Liber Hermetis de la piste latine, doit être conscient que l’utilisation des lots est parmi les plus anciennes des techniques astrologiques en Occident. Les Arabes ont considérablement augmenté leur nombre, mais ils n’ont pas créé la technique.

Il semble également sur la base de ce que nous apprend Vettius Valens que les Arabes n’ont pas utilisé les lots de la même manière que les Grecs. Je soupçonne, bien qu’il reste encore beaucoup à faire à ce sujet, que les Arabes aient peut-être obscurci l’utilité des lots par le changement qu’ils ont pu opérer dans la méthodologie de leur utilisation. Je reviendrai sur ce sujet ci-dessous.

Pour les anciens, le Lot de Fortune et les autres lots n’étaient pas seulement des points sensibles. C’étaient des horoskopoi, c’est-à-dire des points dont la fonction était de marquer une maison ou un Z0idion comme première maison à partir de laquelle compter toutes les autres maisons. Bien sûr, pour une planète existante, toutes les planètes et tous les points peuvent être et ont été utilisés comme tels, mais les lots étaient particulièrement importants. Un Z0idion peut acquérir une signification en tant que topos ou «lieu» par l’un de deux moyens. Il pourrait tirer sa signification de maison de sa relation avec le Zoïdion de l’Ascendant, le Horoskopos primaire, ou il pourrait dériver sa signification de maison des lots qui lui appartenaient. Valens déclare ce qui suit:

«Car certains ont mystiquement établi le général Horoskopos et ses carrés pour être les points de pivot cosmique, mais les lots et « ity » carrés c les points de pivot génomme étant les points pivots géthliaques logiques. ( traduction à revoir )

L’Ascendant établit les maisons générales, mais le Lot de Fortune (et tous les autres lots) établissent des relations de maison particulières qui sont uniques à la carte individuelle.

L’utilisation ultérieure des lots, apparemment commencée par les astrologues de l’ère arabe, les a transformés en points sensibles avec lesquels nous sommes familiers, des points qui pourraient être observés et pourraient occuper des maisons.Cependant, dans le Liber Hermetis et Valens, nous voyons que les lots ont établi des zoidia en tant que premières maisons de systèmes domestiques liés à des problèmes particuliers. Les relations entre ces «maisons de lot» et l’Ascendant. les maisons basées ont créé un réseau complexe de relations qui pourraient être utiles pour révéler des problèmes importants dans un thème, le tout avec une incroyable simplicité.

Dans d’autres ouvrages, comme Paulus, nous avons vu que le Lot de Fortune se rapporte à la prospérité matérielle, la fortune d’une personne au sens littéral. Mais à Valens, nous avons les maisons ou les lieux du Lot de Fortune utilisés comme principal indicateur de sa richesse et de ses organes corporels. Nous avons également vu que le Lot d’Esprit se rapporte à des préoccupations mentales et spirituelles. A Valens, les maisons du Lot de l’Esprit ne concernent pas seulement les préoccupations spirituelles et mentales, mais aussi les maladies du corps et de l’esprit. Et les deux systèmes de lots trouvent une grande variété d’utilisations dans le diagnostic de nombreuses qualités et modes de vie dans le tableau. Tous ces éléments sont illustrés par la première partie de la plus grande collection de cartes de naissance de toute source ancienne. C’est à travers ces exemples de tableaux que nous commençons à voir la puissance et la flexibilité de la méthode. Le lecteur pourrait être intéressé de savoir que les premières expériences sur les méthodes de Valens avec les lots indiquent que c’est une méthode qui mérite d’être poursuivie. Et je recommande vivement au lecteur d’utiliser ces méthodes avec le système de signes entiers plutôt qu’avec des maisons égales ou un autre système moderne. C’est étonnamment efficace. C’est une indication que notre relation moderne avec une précision astronomique et une géométrie correcte pourrait. . . pourrait bien. . . Manquer le propos…

Robert Schmidt Vettius Valens trad The Anthology BookII Part I
TRAD FR

SUITE trad US

Francesco Giuntini


GIUNTINI, Francesco

ou encore Francesco Junctinis, (1523Florence – 1590), théologien
de Germana Ernst – Dictionnaire biographique des Italiens – Volume 57 (2001)
partager

GIUNTINI (Junctinus ou Junctin), Francesco . Né à Florence le 7 mars 1523 (style florentin 1522). Les informations biographiques sur ce Carmélite, professeur de théologie, érudit et l’un des astrologues les plus célèbres de la seconde moitié du XVIe siècle, sont rares et pas toujours fiables. Si la plupart des informations sont traçables dans les dédicaces et les préfaces de ses œuvres, des indications sur certains événements de sa vie sont présentes dans un « thème » de la naissance qu’il a exposé et qui, bien qu’anonyme, fait sans aucune référence à sa personne (cf. Speculum astrologiae…

 Suite

 

 

 

PlanetDance Heliacal Phases

Ptolémée Uranie Introduction

L‘Uranie de Messire Nicolas Bourdin. Introduction
Chevallier, Seigneur de Villennes ou La traduction des quatre livres des Jugements des Astres
de Claude Ptolémée Prince des sciences célestes
A Messire Charles Brulart de Leon
Au lecteur – & Privilège du Roi

 

 

Trois systèmes des Origines

Thema Mundi
Ordre Chaldéen
Joie des planètes

 

 

Dignités & Almutens

Tableau des Dignités

Almutens

Louis XIV

PRÉCISION DE L’HEURE DE NAISSANCE

Acte de Naissance du 5 Septembre 1638

« Le cinquiesme jour de septembre mil six cents trente huict, nasquit dans le chasteau neuf de Saint Germain en Laye, à onze heures un quart du matin, monseigneur le Dauphin, fils premier nay de tres chrestien et tres puissant monarque Louys, treiziesme de ce nom, roy de France et de Navarre, et de tres religieuse et illustre princesse Anne d’Austriche, sa tres chaste et chere espouse, et fut incontinent apres et le mesme jour ondoyé par reverend pere en Dieu messire Dominique Seguier, evesque de Meaux et premier aumosnier de Sa Majesté, avec les eaues baptismales de la paroisse de Saint Germain en Laye, baillées et livrées par me Pierre Cagnyé, prestre et curé de ladicte paroisse.
Bailly »

 

 

Système exposé par Abu Mashar

Révolutions Solaires – Denis Labouré Astrologie-21-decembre-2011

« Le livre d’ Abu Ma’shar « Sur les révolutions des nativités » expose une synthèse des procédés prévisionnels utilisés à cette époque. La plupart de ces techniques avaient été décrites par des astrologues de langue grecque antérieurs, sans qu’ils en aient tenté une synthèse cohérente. Mais vers la moitié du VIIe siècle au plus tard, les astrologues perses avaient organisé ces techniques en un ensemble nommé « cycle » ou « révolution » ou « retour d’année ». Nous parlons aujourd’hui de « révolution » solaire, mais ce thème annuel n’était qu’un outil se rangeant dans un ensemble plus large. Comme nous le verrons, des maîtres du temps – qui peuvent couvrir de nombreuses années – se transmettent le relais pour gouverner l’existence. La révolution solaire – au sens actuel du terme – est une de ces transmissions de relais.

Sur les révolutions des nativités fut partiellement traduit en grec au Xe siècle, cette traduction formant la base d’une traduction en latin parue vers 1262. Des auteurs de première importance dans le monde latin, tel Guido Bonatti, n’ont eu accès qu’aux extraits cités par les traductions d’autres textes de langue arabe.

Voici les principales composantes du système exposé par Abu Mashar »

 

Les maîtres du temps

Les âges planétaires (décrits dans Ptolémée, Tetrabiblos 4,10).
L’existence est divisée en sept périodes d’inégale durée, chacune
étant régie par une planète (de la Lune à Saturne). L’état de cette
planète dans le thème radical et sa position par transit renseignent
sur la qualité de cette période de l’existence.

L’Ascendant profecté et le maître du signe qu’il occupe (nommé « maître de l’année »).
En partant du signe ascendant dans le thème radical, l’Ascendant
est avancé d’un signe chaque année. Masha’allah tient aussi
compte de la profection – toujours à raison d’un signe par an –
des autres facteurs du thème (notamment la Part de fortune).

Le diviseur et son partenaire.
Le diviseur est le maître du terme égyptien traversé par l’Ascendant
dirigé.
Le partenaire (ou participant) est l’astre ou le rayon (l’aspect)
rencontré par l’Ascendant dirigé. Il peut s’agir d’une planète,
mais aussi d’une des sept Parts hermétiques. Le maître de
la dodécatémorie traversée par l’Ascendant dirigé est aussi
considéré comme partenaire.

Les maîtres du fridaire et du sous-fridaire en cours.
L’existence est découpée en grandes périodes. Deux tableaux
différents existent ; un pour les naissances diurnes, l’autre pour
les naissances nocturnes.

La révolution solaire proprement dite, avec le calcul del’Ascendant et de la domification
pour l’instant de la révolution et le lieu de la naissance.

L’astrologue s’intéresse particulièrement au lieu (Dans quel
signe ? Correspondant à quelle maison ? Occupé par quelle
planète ?) où tombe l’Ascendant de la révolution dans le thème
radical, la qualité du maître du signe ascendant, les planètes qui
traversent le signe ascendant.
Dans cette analyse, les Parts (tant les Parts du thème radical que
celles de la révolution) occupent une place prédominante.

Les transits au moment de la révolution solaire et tout au long de l’année couverte par la révolution solaire.
L’astrologue s’intéresse à toute planète qui occuperait dans
la révolution le signe qu’elle occupait dans le thème radical. Il
s’intéresse aussi aux planètes importantes (les maîtres du temps
par exemple) qui occupent dans la révolution le signe occupé par
une autre planète dans le thème radical.

La Lune au moment de la révolution solaire et tout au long de l’année.
Le signe occupé par la Lune dans la révolution solaire est aussi
important que celui occupé par l’Ascendant de la révolution. L’état
de la Lune et celui de son dispositeur renseignent sur l’état du
natif pendant l’année (santé, prospérité, etc.). L’état du maître
de la dodécatémorie occupée par la Lune – et son rapport avec
la Lune – est pris en compte. La Lune renseigne sur l’ambiance,
pas sur le détail des événements. Par exemple, l’ambiance sera
mauvaise si la Lune de la révolution est aspectée par des planètes
maléfiques sans l’être par des planètes bénéfiques. Ou si elle
occupe un signe occupé par une planète maléfique dans le thème
radical. Mais l’événement dont il s’agit sera décrit par le maître de
l’année ou le diviseur.

Les directions des facteurs célestes dans les révolutions annuelles et mensuelles.
Ces directions servent essentiellement à dater les événements
détectés.

Les novénaires, c’est-à-dire la division de chaque signe en neuf parties égales, ou de chaque décan en trois parties égales.
Bien que les textes disponibles soient peu loquaces sur le sujet,
il semble qu’Abu Mashar ait tenu compte de la direction de
l’Ascendant dans les novénaires. Le maître du novénaire traversé
devenant une sorte de diviseur.